Intoxication aux nitrates


L’ingestion de légumes cultivés avec des engrais nitratés ou conservées longtemps favorisent la formation de nitrites, pouvant alors être responsables de méthémoglobinémies chez le jeune enfant.


Quezaco?

Il s’agit ici de la toxicité des nitrates que nous ingérons, notamment les bébés.

Des concentrations élevées de nitrate à l’état naturel peuvent être présentes dans l'eau de boisson du fait de l'utilisation de fumier et d'engrais sur les terres agricoles.

On retrouve également les nitrates dans les « légumes-feuilles » (laitues, doucette, épinards), les betteraves rouges, le chou, le chou-rave, les carottes et le fenouil, ou encore dans les aliments sous forme de conservateurs.

Lorsque les teneurs en nitrates sont excessives, ils sont susceptibles de faire courir des risques de méthémoglobinémie chez le nourrisson, syndrome que l’on appelle aussi syndrome du bébé bleu.

Pourquoi ?

Les nitrates et nitrites sont des produits très oxydants, ils sont capables de capter les molécules d’oxygène qui devraient normalement se fixer sur l’hémoglobine (Fer + oxygène) pour circuler dans le sang.[4].

Chez le nourrisson l’hémoglobine fœtale s’oxyde facilement, c’est-à-dire que le fer de l’hémoglobine a du mal a garder l’oxygène (O2)qu’il transporte.

De plus, chez bébé, le pH de l’estomac est moins acide, il a plutôt tendance à être neutre, créant ainsi les conditions favorables au développement d’une flore bactérienne qui va encore plus aider les nitrates (NO3) à piéger l’O2de l’hémoglobine et se transformer en nitrites (NO2).

A ce moment-là, l’hémoglobine s’est alors oxydée sous sa forme méthémoglobine, qui ne sait plus fixer l’oxygène et ne peut donc pas transporter celui-ci dans le sang jusqu’aux organes. Au-delà d’une quantité critique de méthémoglobine dans le sang, généralement 15% de la quantité d’hémoglobine, l’organisme manque d’oxygène, c’est l’état de cyanose.[5]

Si on rajoute à cela le fait que les bébés ont des apports élevés en nitrates dans leur alimentation (eau + légumes) par rapport à leur poids, qu’ils ont peu d’hémoglobine totale, cela fait de nos tous petits, surtout à l’âge du début de la diversification, les candidats les plus exposés à ce risque.

Les symptômes

La méthémoglobinémiese manifeste par une cyanose, une coloration bleutée de la peau et des muqueuses, pouvant aller dans le pire des cas jusqu’à l’asphyxie.

Ne vous affolez pas toutefois, les cas mortels restent très rares. En quasi 20 ans, de janvier 1999 à décembre 2018, 38 cas ont été répertoriés [2].

Quelles sont les recommandations ?


1) Pour les nourrissons de moins de 12 mois, les préparations à base de légumes doivent être consommées immédiatement ou, si leur consommation est différée, elles devraient être idéalement congelées. Au cas où elles seraient conservées à la température du réfrigérateur, ces préparations peuvent être gardées au maximum 24 h,[3].

2) La surveillance de concentrations de nitrates dans les sources d'eau de boisson est très stricte, c’est pourquoi il est recommandé d’utilisée une eau adaptée à l’alimentation des bébés. La valeur guide de l'OMS dans l'eau de boisson est de 50 mg/litre pour les nitrates et de 3 mg/litre pour les nitrites. [1].

3) Pour préserver bébé, je pense préférable dans le cas de préparations maisons, d’utiliser des carottes et épinards issus de l’agriculture biologique pour laquelle les sols sont contrôlés.


4) Sachez que le taux de nitrates est très contrôlé dans les petits pots bébé, donc en cas de doute, vous pouvez toujours vous orientez vers ces produits.


Lire aussi: Faut-il acheter des aliments bio pour les bébés ?

Gaufres à la carotte

Menus à thème: les couleurs



Source:  

[1] Les maladies liées à l’eau -OMS. https://www.who.int/water_sanitation_health/diseases/methaemoglob/fr/

[2] C.Tournoud- Méthémoglobinémies d’origine toxique chez l’enfant – Toxicologie analytique et clinique, Edition Elsevier, Pages S25-S26, Mai 2019.

[3] Anne-Joelle Bosset Murone, Michel Roulet, Lausanne. PAEDIATRICIA. Les légumes peuvent-ils être dangereux pour les nourrissons? Questions aux spécialistes. Vol.14, No. 5, 2003.

[4] J. Piazza (1), C. Douin (2), L. BoDson (3), a. Ghuysen (4), V. D’orio (5), LE CAS CLINIQUE DU MOIS Syndrome du bébé bleu :la vérité cachée au fond du puits, Revue de médecine, Liège 2014, Page. 175-179.

[5] Saisine n° 2004-SA-0067 - Fiche 19 : Evaluation des risques sanitaires liés au dépassement des limites de qualité́ des nitrates et des nitrites dans les eaux destinées à la consommation humaine. AFSSA 2004.

77 vues

Olivia Beziat

Diététicienne nutritionniste

Spécialisée nutrition de l'enfant et de l'adolescent

Montpellier - Occitanie

06.70.63.21.32.

Siret : 753 768 175 00014 -

Adeli : 34 95 0226 0

© 2018 - Olivia Beziat

Name *

Email *

Subject

Message